Les frères Lumière: 15 photos couleurs (1904)

Soudain, le monde semble passer de l’ombre à la lumière

Des photographies en couleurs avaient été réalisées en France dans les années 1860, mais les procédés restaient imparfaits, notamment avec la nécessité de faire trois prises de vue différentes pour un même cliché.

Déjà inventeurs du Cinématographe en 1895, les frères Lumière mettent au point en 1904 la plaque de verre Autochrome sur laquelle sont étalés des millions de grains de fécule de pomme de terre, chacun teinté d’une des trois couleurs : rouge, vert ou bleu, associés à une surface sensible. Ils obtiennent ainsi des clichés positifs transparents donnant une image beaucoup plus lumineuse et naturelle qu’avec un support de papier opaque.

Cliquez sur la photo pour la voir en grand format


Comme dans la peinture pointilliste, c’est la globalité du regard qui forme l’effet coloré et plein de charme de ces photographies… Personne ne niera le lien pictural que certaines de ces photos établissent avec les tableaux de grands maîtres impressionnistes comme Claude Monet ou Auguste Renoir.

Source:

LA VIE EN COULEURS Centenaire de l’Autochrome Lumière 1904 – 2004 LYON a rendu rend hommage du 25 juin au 5 novembre 2004 à deux de ses plus illustres enfants, Auguste et Louis LUMIERE, inventeurs du premier procédé moderne de photographie en couleurs.

 

Voir aussi / Related posts:

Assurez-vous de ne pas manquer la publication des prochaines pages EN VOUS ABONNANT GRATUITEMENT AU BLOG  « DANS L’OEIL DE LA CAMÉRA » – Pour ce faire, il vous suffit d’entrer votre adresse courriel en utilisant le formulaire d’abonnement  que vous trouverez en haut de la présente page dans la colonne de droite.

  1. Lise
    28 mars 2011 à 23 h 54 min

    Bonjour Pierre,

    Je n’ai aucune compétence en photo pour expertiser ces portraits mais, intuitivement, je sais qu’ils sont remarquables, d’une grande valeur et méritent d’être admirés. Mon oeil a aussi été attiré par le séduisant homo photographicus au « kodak » digne d’un musée. Qui est ce bel inconnu au magnétisme déconcertant ? Il me semble… l’avoir déjà vu; dans une autre vie… qui sait ???

    Quel beau privilège vous nous faites en partageant vos nombreuses connaissances et, du même coup, accroître les nôtres! Merci beaucoup!

    • 1 avril 2011 à 0 h 32 min

      La photo de l’Homo Photographicus est une authentique photo qui doit dater des années 20 et dont j’y extrait ce merveilleux personnage qui prenait la pose devenant une rutilante décapotable dans laquelle il trimbalait toute sa petite famille. C’est vrai, qu’il a des allures de faux « Indiana Jones » en vacances….

  2. Marie-Claire
    21 décembre 2010 à 6 h 28 min

    Somptueuses photos que vous nous offrez-là ! Certes, on peut établir des résonnances avec des tableaux mais la photographie n’est-elle pas (hormis pour le reportage) l’expression artistique d’un oeil qui capte les vibrations de la lumière, dans l’harmonie des couleurs et la beauté d’un sujet, comme un peintre peut concevoir une création.

    Belle époque que celle qui permettait d’immortaliser ces sujets charmants. Je me demande s’ils imaginaient que ces photos leur survivraient ? L’invention de la photo était aussi fabuleuse que celle de l’imprimerie en son temps…
    Merci pour ce délicat moment, cher cousin !

    • 21 décembre 2010 à 14 h 23 min

      Bonjour Marie-Claire

      J’ai eu aussi une réaction semblable en regardant pour la première fois ces photos. Une espèce de « jalousie » de la grande beauté toute naturelle de l’époque. Une vague regret de ne pas avoir vécu à cette époque. Et pourtant.. nous étions à la veille de la guerre de 14, avec toute l’horreur qui s’en suivit !

      Les frères Lumière à qui ont doit ce « témoignage d’époque » ont aussi laissé leur marque par la mise en photo de scène de guerre. Ils ont produit les seules photos couleurs de la guerre de 14-18. Et c’est à partir de ce moment que la photographie a, selon moi, pris encore davantage ses distances face à la peinture. L’oeil curieux et presque volage du peintre a alors fait place au regard froid et inquisiteur du photographe.

  3. 20 décembre 2010 à 19 h 14 min

    Vous avez remarqué la constante dans ces photos? Le rouille ou orange brûlé est sans contredit la couleur la plus forte et elle revient souvent: vestes (2x), ombrelle, chapeaux (3X) , mais après tout peut-être est-ce le même bibi, car on reconnaît la même demoiselle sur 3 photos. Merci Pierre de nous partager ces photos.

    • 20 décembre 2010 à 23 h 07 min

      Oui Muriel je crois qu’il s’agit du même bibi, sans doute porté par des membres de la famille Lumière !

      Quant au rouille et à l’orangé, il s’agit peut-être de la mode du temps qui a toujours un effet normalisant sur les couleurs… à moins que ce soit lié au procédé photographique lui-même. Je ne saurais dire…

  1. 24 mars 2011 à 1 h 26 min
  2. 20 décembre 2010 à 8 h 29 min

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s